FR DE

Interview avec Anne Gabrielle Mittaz Hager, cheffe du projet

La méthodologie utilisée pour ce projet évolue-t-elle en fonction des retours des seniors ou des professionnel.le.s participant à cette recherche ?

L'étude Swiss CHEF Trial est une étude randomisée contrôlée élaborée sur la base de recommandations (Guidelines) internationales et reconnues dans la recherche clinique. La méthodologie utilisée est celle qui a été soumise à la commission d'éthique et elle est rigoureusement suivie tout au long de l'étude, sans changement. A la fin de leur participation à l'étude, les sujets remplissent un questionnaire de type qualitatif sur le suivi, les outils, les difficultés et les propositions de changement. Ces données permettront d'affiner les outils proposés dans cette étude, mais uniquement après l'étude.

Concernant les refus de rencontres et de participation, exemples évoqués lors du symposium 2018, quels conseils peuvent être donnés pour améliorer la communication, la rendre persuasive, avec la population des aîné.e.s ?

Les raisons d'un refus de rencontre ou de participation à l'étude sont multiples. Un des éléments essentiels pour augmenter le taux d'adhésion serait la manière de communiquer aux sujets potentiels. Ainsi, les personnes chargées du recrutement doivent très bien connaitre l'étude et son déroulement, être capables d'expliquer les bienfaits que les sujets pourraient obtenir et les encourager dans leur démarche. De plus, la littérature fait état des "facilitateurs" ou des "barrières" à l'adhésion à une étude de ce type. Yardley et al. (2007) proposent six types de recommandations telles que la communication aux personnes, à leur famille et aux professionnels de santé, la promotion des bénéfices immédiats, ou encore encourager la confiance dans l'autonomie plutôt que la dépendance (voir article en annexe).

Dans la dernière newsletter, le mot d’Anne-Marie Rohrer mentionne la rencontre des générations, une petite fille aide et motive sa grand-mère dans le cadre de ce programme, qu’elle considère comme un moteur. Est-ce un thème que vous pensez approfondir pour améliorer la motivation des seniors ?

Il est certain qu'un encouragement par un proche est un élément d'adhésion à un programme d'exercices à domicile. Cependant toutes les personnes qui participent à cette étude n'ont pas dans leur entourage une personne qui peut le faire. Nous encourageons donc les collaborateurs ou collaboratrices des soins à domicile à stimuler, voire à aider les personnes dans leur pratique des exercices...

Combien de personnes font partie de l’étude ?

Au niveau Suisse, à Zürich, Lausanne et en Valais, 220 personnes ont été recrutées sur 449 personnes annoncées. Les CMS valaisans ont annoncé 114 sujets dont 56 ont pu être inclus dans l’étude. Les autres sujets inclus dans l’étude sont essentiellement annoncés par des institutions hospitalières et des institutions de réadaptation, par des cabinets médicaux ou des cabinets de physiothérapie.

Si vous connaissez des personnes susceptibles d’être enrôlées dans l’étude, n’hésitez pas à contacter la cheffe de projet.

Plus d’infos : www.swiss-chef-trial.ch

 

Promotion santé Valais (PSV)
Rue de Condémines 14 Case postale 1951 Sion +41 (0)27 329 04 29
Nous suivre