FR DE

Article 1 : Résultats de l’étude « Abus financiers envers les personnes de 55 ans et plus »

Durant cette période effervescente des fêtes de fin d’année, qui n’a jamais reçu d’appels téléphoniques oppressants, vantant les mérites de vins exceptionnels, d’huiles d’olive de qualité sans pareille, ou encore de cosmétiques bio haut de gamme, à des prix tout aussi ébouriffants ?  Ces pratiques commerciales douteuses sont une forme d’abus financiers dont les seniors sont malheureusement trop souvent les cibles et les victimes.

L’Institut de lutte contre la criminalité (ILCE) de la Haute Ecole Arc de Neuchâtel, mandaté par Pro Senectute Suisse, a étudié la question et a présenté le jeudi 22 novembre 2018 les résultats de la première étude nationale consacrée aux abus financiers envers les personnes de 55 ans et plus.

Dans le but de mesurer l’ampleur de ce phénomène dans notre société et par la suite d’élaborer des mesures préventives ciblées pour les seniors, l’ILCE a tout d’abord relevé 31 formes d’abus financiers regroupées en 5 catégories, à la suite d’interviews de professionnels confrontés à la problématique :

  1. Les pratiques commerciales douteuses consistant par exemple en la vente de marchandises à des prix exagérés ;
  2. La cybercriminalité très connue aujourd’hui sous la forme des fausses annonces sur internet, du phishing ou encore de l’arnaque aux sentiments ;
  3. Les arnaques telles que la dette fictive, le gain en échange d’une avance, ou le faux policier ;
  4. Les vols comme le vol au bancomat qui fait chaque année beaucoup de victimes parmi les seniors ;
  5. La maltraitance financière qui se commet dans le cadre d’une relation de confiance. 

Puis, plus de 1250 seniors issus de toute la Suisse ont été questionnés sur ces situations afin de déterminer s’ils avaient été les cibles et les victimes de ces méfaits ces 5 dernières années. Les résultats sont les suivants :

  • 1 senior sur 4 a été victime d’abus financiers durant les 5 dernières années;
  • Les hommes sont plus touchés que les femmes, ce qui s’explique notamment par leur utilisation plus accrue des technologies de l’information et par leur plus grande autonomie financière ;
  • Les Suisses romands comptent dans leurs rangs plus de victimes que les Suisses allemands. L’ILCE apporte deux explications possibles à ce résultat : le nombre de locuteurs français dans le monde est plus élevé que celui des locuteurs allemands et les résidents en Suisse alémanique sont mieux informés sur les abus financiers que leurs voisins.
  • Les 55-64 ans et les plus de 85 ans sont plus souvent victimes que leurs pairs, notamment parce que les 55-64 sont de grands utilisateurs des technologies de l’information et que les 85+ sont vraisemblablement plus vulnérables.
  • 61% des victimes n’en ont parlé à personne
  •  Les seniors déjà informés sur les abus financiers ont tiré leurs connaissances des médias traditionnels (presse, télévision et radio).

Une description complète des différentes catégories d’abus financiers ainsi que les résultats complets de l’étude est disponible sur : https://prosenectute.ch/fr/prestations/publications/etudes/abus-financiers.html.

Pour aller plus loin :

-         Prévention policière des abus financiers commis à l'encontre des personnes âgées par le lieutenant de la police genevoise Giovanni Martinelli

-         Cyberthé – Atelier intergénérationnel autour du monde de l’informatique

-         Les répercussions psychologiques pour les personnes abusées financièrement par Delphine Roulet Schwab, présidente de l’Association Alter Ego

Promotion santé Valais (PSV)
Rue de Condémines 14 Case postale 1951 Sion +41 (0)27 329 04 29
Nous suivre
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Lire les mentions légales ok